Vango (tome 1 « Entre ciel et Terre »)

vango 1 entre ciel et terre vango 4ème de couverture

Ce livre est plus dense que ceux que j’ai lus jusqu’ici. Il raconte diverses histoires parallèles. Chaque chapitre regorge d’informations et parfois on s’y perd un peu. Les histoires se recoupent et déroutent le lecteur, laissant certains faits en suspens. On se demande au fil des pages qui est Vango, ce qu’il a bien pu faire pour que la police soit à sa recherche… Ce n’est qu’à la fin du livre que le sens apparaît.

Bien que complexe, ce livre est passionnant. L’intrigue est bien menée et les rebondissements sont nombreux, rythmés, palpitants. J’ai beaucoup aimé ce roman de Timothée de Fombelle qui a une plume superbe et accrochante dès les premières pages. J’ai aussi aimé le décor historique (cette période sombre et troublée de l’entre deux guerres) et les personnages surprenants qui gravitent autour du héros.

Un vrai roman d’aventures que je conseille vivement à ceux qui aiment la bonne littérature, jeunes ou adultes.

Par Pierre-Yves, garçon de 14 ans (autres critiques de Pierre-Yves en cliquant ici)

 

Résumé: Vango est l’histoire d’un jeune garçon, Vango Romano. Le roman commence en avril 1934 à Paris devant Notre Dame, au moment où il va être ordonné prêtre. Mais la police survient pour l’arrêter. Ne comprenant rien à tout cela, Vango décide de fuir en escaladant la cathédrale, à la stupeur générale. Il ignore qui il est et ce qu’on lui reproche. On retourne alors en 1918 : Vango a 3 ans et se trouve avec une nourrice. Nous découvrons alors son enfance, ses secrets au fur et à mesure de sa quête de la vérité.

Remarque du modérateur: ce livre est le premier tome d’une saga en 2 parties.
Les 2 couvertures
et la 4ème de couverture du second tome (attention: risque d’être spoilé!) sont visibles ci-dessous.

Vango-de-Timothée-de-Fombelle 1-2vango tome 2 4ème de couverture

Citations:

« Il grandit avec trois nourrices : la liberté, la solitude et Mademoiselle. A elles trois, elles firent son éducation. Il reçut d’elles tout ce qu’il croyait possible d’apprendre. »

« Avant tout, il fallait voir le monde. Il sentit que c’était cette rapidité qui faisait la force de la rencontre. Des vies qui se touchent plus fort quand elles se bousculent, parce qu’elles passent avec élan. »

« Et, depuis ce jour, derrière ses grands airs provocateurs et son mauvais caractère, Hugo Eckener cachait dans les plis de sa nuque une petite bestiole qui s’était accrochée à sa peau : la peur.
Quelque chose s’était courbé en lui. Un peu de sa fierté s’en était allée.
Hugo Eckener se leva tout à coup.
Il le savait, cette bête mal placée, il suffisait qu’il redresse la tête pour l’écraser. »

« Autrefois, au séminaire des carmes, le père Jean disait à Vango que si, dans l’histoire de l’humanité, il avait existé un territoire, un seul, qui aurait autant respecté les vivants qu’il honorait ses morts, comme il aurait été doux d’y vivre ! » (p.300)

Fiche récapitulative:
Titre: Vango
Auteur: Timothée de Fombelle
Edition:  Gallimard (2010)
Collection: (Jeunesse)

 

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>